Après 3h30 de traversée, paisible et agréable à bord du ferry Bluebridge, nous avons débarqué à Wellington en fin d’après-midi.

Retrouvailles après plus de 20 ans

Lorsque nous avons annoncé notre voyage et notre passage par la Nouvelle-Zélande, Christophe a reçu un message de la part de Laurent, un ami de longue date, pas revu depuis une vingtaine d’années. Il habite à Wellington et nous étions les bienvenus. Nous l’avons donc retrouvé avec sa femme et son filleul, venu travailler quelques temps en Nouvelle-Zélande.

Laurent, Ngoc et les loulous

Nous les remercions de leur accueil et de leurs bons conseils pour découvrir cette jolie ville. Nous avons passé 2 jours ensemble, avons pu garer le van sur les hauteurs de Wellington et profiter du cadre. Au programme : balades dans les rues plutôt sportives (pentues à souhait), découverte du génial musée Te Papa (gratuit, la participation se fait sur donation), flânerie sur les quais animés et surtout pas de conduite ! Tout cela sous le soleil et un petit vent typique de cette ville. Selon Laurent, nous avons eu de la chance, c’était une période peu venteuse, ouf.

Musée Te Papa

Jeux interactifs sur les dangers de l’importation de divers animaux en NZ
En plein puzzle maori
Apprentissage de la langue maorie
Sublime sculpture maorie
Diane en mode kaleidoscope
Louis en mode kaleidoscope
Miroir… oh mon beau miroir
Reflet bien sage 🙂

Direction Rotorua, terre des Maoris à la forte activité géothermique

Ravis de nos moments passés à Wellington, nous avons repris notre route vers le Nord. En raison d’une mauvaise météo, nous sommes d’abord allés jusqu’à la ville de Rotorua sans faire d’arrêt au Tongariro. Mais bien décidée à faire le treck, j’ai réussi à convaincre les loulous et Christophe de le faire et d’attendre quelques jours que le soleil puisse être de la partie 😉

Arrivés à Rotorua surnommée la ville sulfureuse, ce qui vous prend à la gorge, ce sont les odeurs de soufre. Une odeur nauséabonde qui ne repousse pourtant pas les touristes que nous sommes, au contraire nous nous en amusons, pauvres fous ! Cette ville est bâtie sur la jonction de deux plaques tectoniques et ses activités souterraines remontent à la surface jusque dans les rues. Quel spectacle : des geysers, des mares de boue en ébullition et des sources thermales dans lesquelles on peut se baigner !

Baignade gratuite à Kerosene Creek
Cascade et source d’eau chaude
Père-fille dans les eaux chaudes de Kerosene Creek
Mare de boue en ébullition

Qui n’a jamais révé de profiter d’un bain de boue gratuit ? Les loulous ont pourtant hésité avant de s’enduire le corps des pieds à la tête. Christophe et Louis ont joué le jeu et ont ensuite retrouvé une peau de bébé.

Un bain de boue pas du goût de tous
Attendre un court instant de séchage puis…
… se rincer abondamment dans l’eau de source

Après ces joies naturelles, nous avons rejoint le parking au centre de Rotorua. Emplacement très prisé des voyageurs en van et camping-car, nous avions une infime chance d’y trouver une place. Et… nous avons été bien chanceux 🙂 Une place s’est libérée afin que nous y passions deux nuits dans les délicieuses odeurs de soufre face au Polynesian Spa ! Attention, des gardiens surveillent le soir et font une ronde la nuit pour voir si vous n’êtes pas mal garés…

Spectacle maori

Etre en terre maorie sans assister au plus près à un dîner spectacle maori, ce n’était pas possible. Après avoir comparé les différents avis sur internet, nous avons fait le choix de réserver au Tamaki Village. C’est un budget mais cela en valait le coût. Nous avons été pris en charge dès le centre de Rotorua, avons assisté au show d’une heure puis avons découvert la cuisson du Hangi « On dépose des cendres dans un trou, on ajoute la nourriture emballée à faire cuire, et on recouvre le tout avec de la terre. Le résultat est une nourriture saine avec un goût fumé inimitable. », nous avons ensuite dîné et avons été pris en charge pour le retour.

Présentation
Les plats cuits tout juste sortis du Hangi
Danses et chants traditionnels

Clairement, c’est un show dans un village reconstitué et cela peut déplaire pour son côté trop touristique. Néanmoins, nous avons apprécié découvrir cette culture, ses coutumes et jeux présentés sous forme ludique, ses traditions culinaires, ses chants et ses danses. Nous avons eu le plaisir de partager notre dîner avec une famille australienne et une autre famille suisse avec laquelle ce fut une magnifique rencontre hélas trop brève !

C’est à Rotorua que nous avons également réservé notre journée treck le « Tongariro Crossing« , seule journée ensoleillée de la semaine. Le récit de ce moment marquant de notre voyage est pour le prochain article… à suivre !

Laurène Clouzeau

Voir toutes les publications

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *