Depuis maintenant 10 jours, nous sommes dans des fermes pour faire du wwoofing. Pour savoir en quoi cela consiste et les démarches à effectuer, vous pouvez lire notre article ici.

Faire du wwoofing en famille, c’était avant tout notre souhait pour vivre au plus près des locaux, pour découvrir leurs habitudes en famille, leurs choix pour l’agriculture et pour réduire les coûts de notre voyage également. Nous avons été hébergés dans deux fermes qui sont toutes deux sensibilisées à l’agriculture biologique (« agriculture organic » selon eux, au contraire de l’agriculture intensive et chimique) sans être certifiées, mais qui pratiquent l’agriculture raisonnée. Louis et Diane nous aident s’ils le souhaitent et ils doivent aussi apprendre à s’occuper seuls.

Chez Jon et Wendy, nous logions dans une caravane à côté de la maison principale. Ce n’était pas un logement étoilé mais il y avait le nécessaire pour y dormir. Le reste du temps, les enfants l’occupaient pour jouer, écrire leurs carnets de bord, faire les devoirs, lire et se reposer. Nos activités de wwoofers à la ferme : durant deux jours, j’ai aidé sur le marché pour vendre les légumes pendant que Christophe et les enfants restaient à la ferme. Nos tâches débutaient en général vers 8h pour finir vers 12h30-13h. Les jours de marché, il fallait partir à 7h et nous étions de retour vers 15h.

Sur le marché, il fallait déballer tout le camion, arranger le stand, servir et rendre la monnaie dans un anglais correct. Pas une mince affaire lorsqu’on ne connait pas encore tout le vocabulaire des légumes ni la monnaie. Mais après une première journée, j’étais plutôt à l’aise. Une matinée à la ferme consistait à désherber, récolter les oignons, les tomates, l’ail, les haricots et les concombres, arranger les plants de tomates et prendre soin des animaux (donner de l’eau et de la nourriture). Nous avons été bien occupés et il y avait toujours une pause pour un thé vers 10h ! Jon étant anglais, le thé-time est une obligation 😊

Globalement, notre rythme n’était pas effréné. Nous avons effectué le travail dans une ambiance détendue et il y avait toujours un sujet de discussion. Les après-midis étaient libres ; nous en avons profité pour être davantage présents avec les enfants, nous reposer, faire des vidéos et découvrir les environs. Le week-end que nous avons passé avec eux fut riche en découvertes. Accompagnés de Jon, nous avons découvert le parc Algonquin, un poumon de verdure en Ontario. Bien que le temps ait été très pluvieux, nous avons visité le musée des bûcherons et avons pu apprendre comment ce parc était né, comment il avait été géré et comment il servait à présent. L’occasion de faire un peu d’histoire et de géographie. Puis, nous avons participé à leur vie religieuse en allant à une célébration ainsi qu’à des repas partages.

Vivre chez nos hôtes signifie échanger sur la vie quotidienne mais aussi sur la cuisine et les saveurs à découvrir. Nous avons dégusté des pancakes et du sirop d’érable, du poulet de la ferme concocté par Wendy, des légumes par dizaines que nous avions récoltés et peut-être un peu trop mangé de sandwichs et de féculents.  Mais qu’importe, nous leur avons fait découvrir à notre tour la ratatouille, le tian et le gâteau au chocolat à notre façon. Des heures de discussions et d’échanges pendant et après le dîner qui furent un réel plaisir.

C’est avec beaucoup d’émotions que nous les avons quittés jeudi dernier, le 30 août. Nous savons que nous ne les reverrons probablement pas ; ce fut une semaine intense et une première étape que nous attendions avec impatience dans notre tour du monde. Nous avons été accueillis chaleureusement, avec énormément de générosité, nous avons su respecter les règles de la ferme et nos échanges ont été toujours respectueux. Ce fut un plaisir d’avoir vécu ainsi en famille chez eux. Une expérience que nous recommandons.

Thank you so much Jon and Wendy ! Take care 🙂

(la suite à venir, le 2e wwoofing en famille, au Canada avec Jean & Becca)

Laurène Clouzeau

Voir toutes les publications

1 comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *