Wwoof… quoi ?

Depuis le début de notre projet, l’un de nos souhaits est d’entrer en contact avec les habitants des continents que nous traverserons tout en étant utiles. Logique me direz-vous !

C’est pour cette raison que nous avons cherché par quels biais, outre les rencontres fortuites. Il s’avère qu’au Canada, en Australie (et même dans d’autres pays dont la France), le « wwoofing » est l’une de ces solutions proposées aux touristes curieux et en recherche d’un rapprochement avec la nature, comme nous le sommes 🙂

woof woof fait le chien
Ne pas confondre « Woof » et « Wwoof »

 

Qu’est-ce donc que le wwoofing ?

Le WWOOFING (comprenez « World-Wide Opportunities on Organic Farms ») est un concept de voyage à la fois économique, solidaire et écologique.
Et cela nous correspond !

Il consiste à donner un peu de son temps en participant aux différentes tâches sur une exploitation agricole biologique (jardin, potager, verger, fleurs, élevage). Il suffit de travailler environ 25h par semaine, en échange du logis et de la nourriture dans une famille, en immersion avec le mode de vie des locaux.

Fondé en 1971, ce mouvement international à pour but de construire une communauté durable et globale, le réseau compte aujourd’hui plus de 12 000 fermes dans plus de 60 pays.

logo WWOOF officiel

 

Et les enfants dans tout ça ?

Rassurez-vous, les enfants ne seront pas exploités ! Nous n’en avons ni l’envie (ouf !) ni le droit. Il est tout à fait possible d’effectuer ces activités avec des enfants si les fermes le mentionnent dans leur descriptif. Les loulous débuteront leur tour du monde dans la nature canadienne et nous pensons qu’ils ne s’y ennuieront pas une seconde.

 

Les loulous à la découverte de l’Ontario

Après notre inscription sur le site du wwoofing canadien, nous nous sommes décrits avec honnêteté (aucune expérience mais de bonne volonté) et nous avons donné les grands axes de notre recherche en tant que famille wwoofeuse en tour du monde 🙂 Nous avons eu la joie de recevoir il y a quelques jours, la réponse d’un couple de fermiers (Jon et Wendy, ils se reconnaîtront) qui élève des vaches, chiens, canards, chevaux, agneaux et lapins entre autres ! Youhouuuu, nous sommes super heureux ! Nous devrions donc expérimenter cela fin août, en anglais et au milieu de la pampa canadienne à 2h au nord de Toronto ! Nous sommes encore dans les questions de détails qui ont leur importance (tâches à effectuer quotidiennement, logement, règles et horaires à respecter, trajet…) mais le feeling passe bien et nous sommes décidés.

Pour ceux qui connaissent Louloute, ils savent combien ce futur rapprochement avec de nombreux animaux l’enchante :/ (Louloute a une phobie de tout ce qui peut ressembler de près ou de loin à un animal, sauf en mode mini et dans une cage ou un bocal, c’est bien mieux…)  Mais à force de patience, d’expériences et d’une bonne dose d’amour, nous avons bon espoir qu’elle pourra dompter et apprivoiser ses peurs.

 

Vous hésitez encore ? Nos 5 bonnes raisons de faire du Wwoofing

  1. Voyager de façon économique
  2. Apprendre de nouveaux métiers et les techniques de l’agriculture biologique
  3. Visiter des régions du Canada et de l’Australie loin des sentiers battus
  4. S’intégrer à la vie locale et connaître plus facilement les usages et les bons plans.
  5. Vivre des aventures authentiques

L’accès à la base de données des hôtes-wwoofers coûte environ entre 35 et 40 euros par pays d’inscription.

Laurène Clouzeau

Voir toutes les publications

8 comments

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *